Si vous n'avez pas fini vos cadeaux de Noël, ajoutez vite sur votre liste ce livre qui m'a très agréablement surprise ! Au vu de la quatrième de couverture et de l'illustration que je trouve vraiment enfantine, je ne pensais pas être happée par cette histoire. Pourtant, je dois avouer qu'il m'a été impossible de refermer ce roman avant d'avoir fini de le lire...

photo

Marie Brantôme, Seuil, 2007

Dès qu'arrivaient les premières chaleurs de juin, le problème se posait : moi. C'était moi, le problème. Qu'allait-on faire de moi ? Où ? Chez qui me caser ? Je n'étais pas une "enfant facile". Je ne m'adaptais pas bien. Comme soupirait ma mère. Et c'était vrai. Je ne m'adaptais pas bien à toutes les sauces. Et puis, je faisais des "réflexions", souvent pas de mon âge. Pas du tout ! Et puis, je restais seule, à lire ou à dessiner. Mais ça, ça ne gênait personne alors on me laissait tranquille. Et c'est ce que je voulais, au fond. Moi, je ne demandais pas spécialement à partir en vacances. J'étais très bien chez moi, dans ma chambre. Seule, à rêvasser. Quant à la "verdure" et au bon air, j'avais tout sous la main avec le parc et les jardins de Versailles. Mais non ! Il fallait "changer d'air" paraît-il.

C'est ainsi que Laure, 12 ans, se retrouve dans la campagne bordelaise pour deux mois chez de vagues connaissances de ses parents, les Pinsart. Ce sont des personnes qu'elle ne connait pas et qui sont bien plus âgés que ses parents. Elle se demande à quoi vont ressembler les vacances avec eux d'autant plus que leur fille de 30 ans, Francia, vit avec eux car elle est simple d'esprit.

Heureusement, les Pinsart ont une petite voisine de l'âge de Laure et ont recueilli un enfant de l'Assistance, Pierrot. Laure va vite se rendre compte que Pierrot n'est pas traité normalement dans cette maison et cela à cause de son statut de gosse de l'Assistance. Elle va alors le prendre sous son aile et ils vont beaucoup s'apporter mutuellement.

Mais, une ombre plane au-dessus de leurs têtes...